Homepage

 

Homepage

Homepage

Le Bélarus
Accueil
Actualités
Art et traditions
Boutiques
Carte du Belarus
Culture
Économie
Gastronomie
Jours fériés
Livres
Infos pratiques
France
Adresses utiles
Jumelages
Tourisme
Minsk
Agences de voyages
Formalités et visas



 


La Russie et le Bélarus ont signé un accord sur le gaz


’La partie bélarusse, dans un climat lourd à la veille du Nouvel An, a signé un accord dans des termes regrettables’, a déclaré le Premier ministre bélarusse Sergueï Sidorski, lors d’une conférence de presse.

La Russie et le Bélarus ont signé un accord sur les livraisons de gaz russe à l’ex-République soviétique peu avant l’expiration lundi de l’ultimatum lancé par le géant gazier russe Gazprom, levant la menace d’une fermeture des vannes qui aurait pu avoir des répercussions en Europe de l’Ouest.

Dès cette année 2007, le Bélarus va payer 100 dollars les 1.000 mètres cubes de gaz, au lieu des 105 dollars exigés précédemment par la Russie. De son côté que dans le cadre de l’accord, la Russie obtenait le contrôle de 50% de Beltransgaz, maître d’oeuvre du réseau de gazoducs bélarusses, pour la somme de 2,5 milliards de dollars à verser pendant les quatre prochaines années.

Le tarif du transit de gaz russe par le Bélarus passerait de 0,75 dollar à 1,45 dollar pour 1.000 m3 par tranche de 100 km du gazoduc.

Les deux parties sont parvenues à un accord à 23H58 locales (20H58 GMT), soit deux minutes avant l’expiration de l’ultimatum lancé par le géant gazier russe.

La Russie menaçait de couper le gaz au Bélarus au matin du Nouvel An si les négociations de la dernière chance sur les prix du gaz échouaient. L’arrêt des livraisons de gaz à Minsk aurait pu entraîner des perturbations dans l’approvisionnement en Europe, notamment en Allemagne, en Pologne et en Lituanie. Le contentieux fait craindre que 2007 ne commence pour 10 millions de Bélarusses comme 2006 avait débuté avec une crise similaire pour les Ukrainiens : par une coupure du gaz en plein hiver dans cette ex-république soviétique, mais aussi des répercussions en Europe, notamment en Allemagne, en Pologne et en Lituanie.

Environ 5% du gaz consommé par les Européens transite par le Bélarus.

Dans son message de Nouvel An, le président bélarusse Alexandre Loukachenko a prévenu que son pays "faisait face à de nouvelles réalités économiques". Déplorant le "coup porté à une amitié séculaire", il a appelé les Bélarusses à "faire des économies".

Cet accord semble marquer la fin des privilèges consentis par Moscou à son plus fidèle allié dans l’espace post-soviétique, qui permettaient à l’économie bélarusse d’afficher une croissance robuste malgré l’isolement de Minsk sur la scène internationale.

Le Bélarus était le pays de l’ex-URSS qui recevait du gaz russe au meilleur tarif, à moins de 50 dollars les 1.000 m3 contre 230 au prix du marché. Depuis mardi et l’échec des négociations sur une hausse du prix du gaz, qui devait passer de 46 à 200 dollars les 1.000 m3, le ton n’a fait que monter entre Moscou et son plus fidèle allié dans l’espace post-soviétique, malgré un compromis proposé par les Russes.

S’ajoutait à cela du pétrole brut exempté de la taxe d’exportation russe, qui s’élève pour les autres pays à quelque 180 dollars la tonne. La revente en Europe, au prix fort, d’une partie de ce pétrole représentait une manne financière importante pour le Bélarus.

Mais le 13 décembre, le gouvernement russe avait annoncé que ses exportations de pétrole vers son voisin bélarusse seraient taxées à partir du 1er janvier 2007 à hauteur de 180 dollars la tonne, comme les autres pays.

Lundi, le Premier ministre bélarusse Sergueï Sidorski a fait part de son intention de rencontrer dans les prochains jours son homologue russe Mikhaïl Fradkov pour discuter de cette question. Les autorités bélarusses prévoient notamment d’alimenter les unités de chauffage en mazout, "en grande quantité" dans le pays, à la place du gaz.


© 3 janvier 2007, par France-Belarus.com
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagir à cet article

Précisez SVP la référence ou le titre de l'article, et envoyez vos commentaires sur cet article.

Dans la même rubrique :

0 | 15 | 30

 

Articles récents :

0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75 | 90 | 105 | 120 | ... | 555


Pour en savoir plus,
visitez la librairie

SLAVIKA!

 

 

Tokyo, 16 déc 2016 (AFP) - 09:50
Sommet Japon-Russie: accord de paix difficile mais coopération économique
Tokyo, 16 déc 2016 (AFP) - 08:36
Kouriles: un accord de paix Japon-Russie n'est pas aisé (Poutine et Abe)
Tokyo, 16 déc 2016 (AFP) - 08:20
Différend Japon-Russie sur les Kouriles: un accord de paix n'est pas aisé (Poutine et Abe)
Tokyo, 16 déc 2016 (AFP) - 07:44
Sommet Japon-Russie: discussions économiques à Tokyo
Tokyo, 16 déc 2016 (AFP) - 04:40
Sommet Japon-Russie: poursuite des discussions à Tokyo
Washington, 16 déc 2016 (AFP) - 04:04
Piratage électorale: la Maison Blanche accuse Poutine, Obama annonce des représailles
Washington, 16 déc 2016 (AFP) - 03:51
Les Etats-Unis vont riposter au piratage russe de la présidentielle (Obama)
Washington, 15 déc 2016 (AFP) - 00:33
La Maison Blanche met en cause Poutine dans le piratage électoral
Bruxelles, 15 déc 2016 (AFP) - 21:49
Accord des 28 pour permettre à La Haye d'approuver le traité UE-Ukraine
Washington, 15 déc 2016 (AFP) - 20:58
La Maison Blanche pointe la responsabilité de Poutine dans le piratage électoral
Washington, 15 déc 2016 (AFP) - 19:25
Le bilan d'Obama à l'épreuve d'Alep
Bruxelles, 15 déc 2016 (AFP) - 19:15
Accord des 28 pour permettre à La Haye d'approuver le traité UE-Ukraine (PM néerlandais)
Bruxelles, 15 déc 2016 (AFP) - 18:54
Ukraine: accord de l'UE pour prolonger les sanctionscontre la Russie
Bruxelles, 15 déc 2016 (AFP) - 18:14
Ukraine: accord de l'UE pour prolonger les sanctions économiques contre la Russie (sources)
Washington, 15 déc 2016 (AFP) - 17:25
Les piratages russes gênent le rapprochement voulu par Trump
 

France-Belarus.com

 


Pour contacter France-Belarus.com, cliquez ici!